• L'histoire

    Savez-vous que la Comtesse de Ségur
    n'était pas française,
    mais russe ? Elle est née en
    1799 à Saint-Pétersbourg, alors capitale
    de la Russie. En 1819, en se mariant
    avec le Comte de Ségur, elle
    abandonne son nom de Sophie Rostopchine
    pour adopter celui avec lequel elle
    deviendra, presque 40 ans plus tard
    célèbre en littérature.
    En attendant, les Ségur achètent
    en 1821 le château et les terres des
    Nouettes à Aube. Jusqu'à sa mort
    en 1872, le château de Nouette
    va être pour la Comtesse de Ségur
    un havre de paix et d'inspiration. A
    57 ans, en 1856, la Comtesse de Ségur
    fait son entrée dans la littérature,
    devenant l'auteur vedette de la Bibliothèque
    Rose.



    La visite


    Le musée est entièrement
    structuré autour de ses oeuvres.
    Une première salle est consacrée
    à ses origines russes qu'elle
    a elle-même évoquées
    dans l'un des ses livres les plus connus
    : les Malheurs de Sophie. Vous
    y verrez des portraits de sa famille
    et des objets caractéristiques
    de la vie russe de cette époque.
    La 2nde est dévolue à
    la famille de l'écrivain qui
    a aussi été sa grande
    source d'inspiration 7 enfants et beaucoup
    de petits-enfants ! Trois autres salles
    servent de cadres à des expositions
    temporaires. Vous y découvrirez
    (ou plus sûrement re-découvrirez)
    l'univers poétique et enfantin
    de l'écrivain.



    Profitez d'être à Aube
    pour visiter d'autres communes de l'Orne
    : ce
    site
    vous donnera de bonnes idées
    pour votre escapade dans le sud de la
    Normandie.





    votre commentaire
  • L'histoire

    Maurice Leblanc est le créateur
    du célébrissime Arsène
    Lupin, le gentleman-cambrioleur, mais
    il était tellement proche de
    son personnage que certains se sont
    demandés parfois, s'il n'était
    pas lui-même Arsène Lupin.
    Lorsqu'il a acquis cette maison en
    1918, il l'a immédiatement
    rebaptisée "Clos Lupin".
    Il y a écrit une grande partie de
    son oeuvre, en s' inspirant des recoins
    de la maison, de ses multiples cabinets
    et portes dérobées pour dépeindre
    les aventures et les péripéties de
    son héros.



    La visite

    Ajourd'hui, c'est sa petite fille
    qui nous accueille dans cette maison
    qu'elle a rachetée en 1998
    avec dans l'idée d'en faire
    un musée consacré à
    son grand-père mais aussi à
    son héros Arsène Lupin.
    Elle a conçu à leurs
    sujets une exposition sur le mode
    ludique de la découverte et
    de l'aventure en 7 étapes.
    Durant celles-ci, vous serez guidé
    par le célèbre voleur
    qui vous fera visiter sa maison et
    ses cachettes et vous invitera à
    à résoudre une énigme
    dans le goût de celle de l'Aiguille
    Creuse. On ne vous en dit pas plus,
    mais il y aura des mises
    en scène, des jeux d'ombres et de
    lumières, des ambiances sonores, et
    bien sûr, une atmosphère de
    mystère...




    Pour vous remettre de vos émotions,
    vous pourrez vous promenez dans les
    rues d'Etretat dont la réputation
    du charme très normand n'est
    plus à faire et bien sûr
    ne manquez pas d'aller admirer les
    falaises
    d'Etretat, elles sont à
    couper le souffle.

    votre commentaire
  • L'histoire

    Nohant est plus qu'une maison dans laquelle
    George Sand a longtemps vécu
    : il s'agit de sa maison de famille.
    C'est la grand-mère de George
    Sand, Mme Dupin de Francueil, qui a
    acheté en 1793 ce petit château.
    Elle y fit des modifications en attachant
    une importance particulière au
    vaste parc qui entoure la demeure et
    ses dépendances. La jeune George
    Sand, de son vrai nom Aurore Dupin,
    y passa son enfance et son adolescence.
    A l'âge adulte, elle resta profondément
    liée à sa terre et revint
    y vivre fréquemment si bien qu'elle
    devint pour les villageois la "bonne
    dame de Nohant". Elle y tint d'ailleurs
    salon en y invitant ses amis artistes
    comme Liszt, Balzac, Chopin et Flaubert.
    Delacroix y installa même son
    atelier durant un temps.



    La visite

    Aujourd'hui, l'intérieur de la maison
    peut être visité en souvenir
    de la présence de l'auteur de
    La Mare au Diable : on a conservé
    les lieux tels qu'elle les a connus
    jusqu'à sa mort : salle à manger, chambre
    bleue, petit théâtre et théâtre de marionnettes.
    Une fois votre visite de la maison achevée,
    vous prendrez certainement un grand
    plaisir à vous promener dans
    les environs très verdoyants
    du domaine et dans ce que George Sand
    appellait elle-même la "Vallée
    noire".



    Cette année est particulièrement
    favorable à cette escapade puisque
    c'est l'année
    George Sand
    en raison du bicentenaire
    de sa naissance. Profitez-en.






    votre commentaire
  • L'histoire

    Balzac était originaire de Tours
    ,
    et l'on peut bien sûr visiter
    dans sa région de nombreux sites
    hautement balzaciens, comme le château
    de Saché par exemple. Mais ses
    ambitions attirèrent Balzac à
    Paris, très jeune et durablement.



    Balzac, qui a toujours rêvé
    de faire fortune, s'est installé
    dans la maison bourgeoise de la rue
    Raynouard dans l'ancien village de Passy
    vers l'âge de 40 ans : il y avait
    trouvé refuge sous le nom de
    M. de Breugnol pour échapper
    à ses créanciers, seul
    un mot de passe vous en ouvrait la porte.




    La visite


    La maison de la rue Raynouard est l'unique
    demeure parisienne qu'il posséda
    qui subsiste aujourd'hui. Elle a été
    transformée en musée littéraire
    : le cabinet de travail de Balzac y
    a été partiellement reconstitué. Dans
    les autres salles, des tableaux, des
    objets personnels de Balzac, des manuscrits,
    des éditions originales, des estampes
    et bien d'autres objets rendent compte
    de la vie et de l'œuvre de l'écrivain,
    ainsi que de l'époque durant laquelle
    il vécut.



    La maison de Balzac est située
    dans un quartier où l'on peut
    visiter de nombreux monuments à
    proximité (détails)
    mais peut-être préfèrerez-vous
    visiter le Paris de Balzac ? Pour cela,
    des visites
    payantes
    sont organisées
    par des conférenciers grâce
    auxquels vous pourrez découvrir
    le quartier latin de Balzac ou encore
    le Marais et Boulevard du Crime.


    votre commentaire
  • L'histoire

    Le pays d'Illiers-Combray (à quelques
    kilomètres de Chartres) est déjà une
    région magnifique en elle-même. Si l'on
    ajoute à cela que c'est précisément
    cette région qui a servi de modèle à
    l'écrivain Marcel Proust pour raconter
    les souvenirs de son narrateur, alors
    il devient magique de s'y promener
    en tentant de rapprocher tel lieu, telle
    maison de ses lectures.



    La visite

    A Illiers-Combray, vous pourrez visiter
    la "maison de Tante Léonie" qui est
    aussi le musée Marcel Proust. Cette
    maison a pris ce nom en souvenir du
    personnage de Léonie dans La Recherche
    du Temps perdu
    mais en réalité il
    s'agissait de la maison de Jules et
    Elisabeth Amiot (oncle et tante paternels
    de Marcel) dans laquelle il a passé
    ses étés entre 6 et 9 ans. Cette maison
    a été remise dans un état semblable
    à celui dans lequel elle était quand
    le petit Marcel y venait, on y a même
    remis son vrai lit.



    En dehors du bourg, ne manquez pas de
    vous promener dans le pré Catelan. C'est un jardin
    que l'oncle de Marcel Proust a créé
    par passion de l'Orient (il a aussi
    été l'un des premiers à se faire construire
    un hamam en France, dans le jardin de
    sa maison !).



    Dans les environs, il existe de nombreux
    châteaux et églises à visiter (office de tourisme). A voir
    absolument l'Eglise Saint-Jacques dans
    Illiers-Combray et l'Eglise Saint-Lubin
    de Brou. Et si vous passez par Chartres,
    vous vous arrêtrez certainement dans
    sa cathédrale : beaucoup la considèrent
    comme la plus belle de France.






    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique